Accueil Conseil de Paris Conseil de décembre 2015 Budget 2016 : la lutte contre les inégalités est une priorité

Budget 2016 : la lutte contre les inégalités est une priorité

Intervention de Marie Atallah relative au budget primitif 2016

 

 

Madame la maire, mes chers collègues,

À la suite de l’intervention de ma collègue Aurélie Solans sur le volet environnemental et la transition écologique de notre budget, je vais poursuivre sur la politique sociale de notre ville en faisant le choix de placer l’égalité et le vivre ensemble comme des priorités absolues dans le combat que nous devons mener pour renforcer et protéger la cohésion sociale dans notre ville. Car comme cela a été dit précédemment par mes collègues, la justice sociale est un pilier absolument essentiel d’une majorité progressiste et écologiste. Et le contexte actuel dans notre ville et notre pays nous le rappelle de façon accrue.

Car à l’heure de la crise que connaît notre pays et notre ville depuis plusieurs années, crise écologique mais aussi sociale et économique. Et à l’aune des événements tragiques qui ont frappé notre ville récemment, la lutte contre les inégalités et toutes les actions pour créer davantage de cohésion sociale et pour le « mieux vivre ensemble » doivent être notre boussole. C’est déjà le cas dans le budget qui nous a été présenté ce matin. En effet, la ville de Paris consacrera dans son budget 2016 près de 2,3 milliards d’euros aux dépenses sociales et de solidarité.

Et la plupart des postes de ce volet absolument crucial et marqueur de notre majorité municipale sont à la hausse et nous nous en réjouissons: que ce soit pour le RSA, l’aide aux personnes en situation de handicap, les personnes âgées ou encore le Plan contre la Grande Exclusion ainsi que l’aide à l’accueil des réfugiés et leur insertion sociale et professionnelle dans la ville,…

Nous sommes au rendez-vous pour soutenir les plus fragiles et les éluEs écologistes approuvent ces choix politiques forts sans réserve.

 

Cependant, nous ne devons jamais relâcher nos efforts dans le domaine de la solidarité. Cette préoccupation doit absolument irriguer toute la politique et tous les choix de notre municipalité, à court comme à moyen terme. Cela est bien entendu renforcé en raison des tragiques événements qui ont frappé notre ville et nos quartiers il y a tout juste un mois.

Car comme nous avions eu l’occasion de le souligner à l’occasion des débats que nous avons eus en novembre à la suite des attentats,combattre le terrorisme, cest aussi admettre que certaines de ses causes résident dans des dysfonctionnements de notre société. Ceux qui ont commis ces actes sont de jeunes français ou européens. Ils ont adhéré à une idéologie meurtrière et ont commis l’irréparable. Il nous faut donc beaucoup réfléchir pour comprendre et pour agir.

Pour revenir au combat de l’égalité, l’Ecole publique doit redevenir la pierre angulaire de la reconquête du vivre ensemble. Des moyens supplémentaires doivent y être affectés, et en particulier dans les lieux et territoires en difficultés où les élèves disposent de moins de ressources que leurs camarades plus favorisés. Nous y serons sans relâche attentifs.

Et au-delà, et pour toutes et tous, c’est bien le droit à la ville et au vivre ensemble dans tous les quartiers de Paris quil faut pouvoir revaloriser par nos politiques publiques et notamment par l’éducation, la formation et l’accès aux loisirs pour les jeunes selon leurs besoins et leurs désirs.

 

Ainsi, la cohésion sociale passe par une politique culturelle de proximité dans nos quartiers, l’accent mis sur la prévention spécialisée, le soutien aux acteurs associatifs, à la politique scolaire et à l’égalité de toutes et tous à l’école, à la présence humaine dans les transports publics mais également à la présence de gardiens d’immeubles dans les quartiers etc…toutes ces actions sont nécessaires pour protéger notre vivre ensemble. La ville fait beaucoup mais doit encore amplifier ses efforts dans ce domaine.

Et en cela, la réponse et les mesures décidées par Madame la Mairie de Paris et l’exécutif suite aux attentats illustrent bien que notre politiques est d’ores et déjà solide et efficace, même si des ajustements marginaux de quelques millions d’euros supplémentaires seraient utiles pour améliorer nos politiques.

 

Nous apprécions par ailleurs la démarche qui prévoit un dialogue et des échanges entre nos composantes politiques de la majorité afin de réfléchir et décider de nouvelles mesures qui pourraient voir le jour en 2016. Soulignons ici à l’inverse la démagogie totale de lopposition municipale sur cette question, qui pensant surfer sur une actualité dramatique a cru bon de déposer des amendements et propositions à ce Budget 2016 qui nous semblent hors de propos et bien éloignées des préoccupations des Parisiennes et des Parisiens.

Comment peut-on souhaiter rayer d’un trait de plume les sommes consacrées au budget participatif (auquel les Parisiennes et les Parisiens sont désormais de plus en plus attachés) pour demander davantage de caméras de vidéosurveillance pour répondre aux menaces d’attentat ? C’est inapproprié et totalement démagogique. Les circonstances exigent davantage de cohérence et de sérieux dans nos politiques publiques.

De notre côté,  nous pensons qu’il nous faut plutôt réfléchir à des amplifications de certaines actions dans quelques domaines et en particulier en direction des jeunes en priorité.

C’est en grande partie le sens des vœux que nous présentons à ce budget :

 

Ainsi, nous vous présentons un premier vœu portant sur l’autonomie et l’insertion des jeunes vivant en situation de précarité dans nos quartiers parisiens.

Notre collectivité fait déjà beaucoup et nous saluons ici la démarche menée par Pauline Véron, votre adjointe en charge de la jeunesse, pour réformer et mieux réadapter nos dispositifs en fonction des besoins des jeunes vivant à Paris et notamment ceux qui résident dans les quartiers dits prioritaires.

Cela dit et malgré tous les efforts déployés par notre collectivité, la précarité des jeunes reste une problématique très présente dans certains de nos quartiers. Elle comporte de multiples facettes en termes de conditions de logement, de situation par rapport aux études, à la culture, aux loisirs, à l’emploi, à la santé…

Selon une étude de l’APUR sur la situation des jeunes vivant à Paris, près de 30 000 jeunes (non étudiants et qui ne travaillent pas) résident principalement dans les quartiers dits prioritaires.

Pour essayer de mieux agir en 2016 en faveur de ces jeunes qui vivent dans l’exclusion, nous avons pensé au Fonds d’Aides aux Jeunes Parisiens qui nous semble être un bon instrument qui doit devenir un levier dune politique intégrée, transversale et cohérente visant à sortir ces jeunes de lexclusion.

 

Actuellement, le FAJP, financé par le département, soutient les projets d’insertion d’environ 1500 jeunes. Les aides se sont élevées à 784 000 euros en 2014  dont 80 % au titre d’aides d’urgences liées à la vie quotidienne et 20 % au titre de la formation et de l’insertion professionnelle.

Etant donné l’évaluation approfondie de ce dispositif conduite en 2014 et 2015 et la réforme qui doit avoir lieu en 2016, nous proposons:

 

- dabonder le budget du FAJP par une bonne part des 5 millions deuros de réserve en fonctionnement pour des mesures suite aux attentats;

- quune commission d’élus soit formée pour travailler à la réforme du règlement du FAJP afin de faire de ce fonds, un dispositif daides davantage pérennes, un dispositif intégré dans une politique transversale innovante visant à sortir durablement ces jeunes de lexclusion.

- S’agissant de notre combat pour la cohésion sociale et le vivre ensemble dans notre ville et notamment les quartiers dits prioritaires, nous vous présentons un voeu relatif au soutien de la ville aux associations qui agissent en faveur de ces objectifs.

 

Nous sommes particulièrement heureux de vous proposer ce voeu qui rappelle l’importance du rôle que jouent les associations en faveur du lien social, de l’accompagnement et de la solidarité dans les quartiers.

C’est l’occasion pour nous de saluer l’action de l’ensemble de ces associations qui agissent en faveur des Parisiens les plus en difficultés et dans tous les domaines de la vie quotidienne.

C’est bien grâce à leur mobilisation et leur engagement que notre collectivité développent des actions de proximité dans les quartiers, de l’animation globale à l’accompagnement personnalisé, la générosité et le dévouement des associations sont essentielles pour faire société ensemble dans nos quartiers et à Paris.

Après le drame des deux attentats qui ont frappé Paris, notre société a plus que jamais besoin de ses associations qui oeuvrent dans les quartiers: dans la prévention, l’éducation populaire et l’accès à la culture.

Pour maintenir les moyens affectés aux associations qui se battent au quotidien, pour contribuer à la construction de la ville solidaire et faire vivre les valeurs de la république que nous voulons les voir se traduire dans la vie réelle, nous proposons:

-que la Mairie de Paris maintienne pour lannée 2016 le même niveau global de subventions en faveur des associations en lien direct avec les habitants qui travaillent dans les secteurs de l’éducation populaire, de la culture, de la cohésion sociale, et tout particulièrement dans les quartiers en difficultés.

 

- un autre voeu relatif à l’évolution du Budget Participatif en 2016, un voeu qui vise à encourager et faciliter la participation des citoyens.

A l’exact opposé de l’opposition municipale qui visiblement juge cela de moindre importance, nous pensons au contraire qu’il faut amplifier la démarche de budget participatif.

Aussi nous proposons par un vœu d’améliorer la participation citoyenne et pour faciliter la réalisation des projets d’augmenter les moyens budgétaires et humains supplémentaires dans les directions concernées.

La démarche du budget participatif revêt une importance particulière en terme de démocratie. Le budget participatif permet à tous les Parisiens et Parisiennes de participer réellement à la constructions de projets d’investissement innovants qu’ils souhaitent voir se réaliser dans leur quartier ou dans leur ville.

Une démarche participative qui permet à chaque Parisien et Parisienne d’être acteur de son quartier et de sa ville. L’évolution des chiffres des deux années 2014 et 2015, 66 000 votes en 2015 contre 40 000 en 2014, démontrant ainsi l’intérêt que portent des Parisiens pour cette démarche participative.

Pour poursuivre dans l’amélioration de cette démarche participative, des améliorations sont nécessaires par rapport à plusieurs questions: la disparité financière de projets retenus, les projets relevant d’enveloppes budgétaires d’investissement de la ville, le manque de moyens humains pour élargir la participation des habitants et pour l’évaluation des idées et des projets, nous proposons que:

-la ville de Paris communique davantage en amont sur le calendrier de la démarche et la recevabilité des projets;

-le vote papier, indispensable pour assurer une véritable participation citoyenne dans tous les quartiers, puisse avoir une durée équivalente au vote électronique;

-les déposants qui le souhaitent, donnent lautorisation que leurs coordonnées soient communiquées aux élus ; 

-une information soit diffusée sur lavancement des projets retenus notamment aux conseils de quartier et par lintermédiaire des sites internet darrondissement ;

-des « référents budget participatif » soient recrutés afin de former les citoyens à construire un projetet favoriser les échanges entre les porteurs de projets et les services des mairies darrondissement et de lHôtel de Ville;

-des moyens budgétaires et humains supplémentaires dans les directions concernées soient prévus pour les projets issus du vote du Budget participatif afin de ne pas obérer leur réalisation, une adéquation entre investissement et fonctionnement étant indispensable.

 

Enfin, en cette période d’intolérance, qui a pris un visage particulièrement regrettable au moment de la Manif pour Tous. Nous souhaitons un amendement budgétaire pour proposer un type de structure qui n’existe pas à Paris et qui, par sa création, nous agissons en faveur de l’égalité des droits pour toutes les composantes de notre société. il nous a semblé important de proposer également un amendement pour le lancement d’une mission de préfiguration en vue de créer un centre darchives LGBT à Paris.

Ces vœux et amendements ne sont que nos premières propositions et nous nous engageons ici devant vous de poursuivre la réflexion et le travail pour plus de progrès humain et plus d’inclusion sociale dans notre ville.

Je vous remercie.

 

 

Les interventions du débat budgétaire :

Intervention de David Belliard

Intervention de Jérôme Gleizes

Intervention d'Aurélie Solans

Intervention de Marie Atallah

Les amendements budgétaires :

Amendement budgétaire relatif à l’instauration d’une indemnité kilométrique vélo pour les salariés municipaux
L’exécutif a repris cet amendement dans sa lettre budgétaire rectificative en allouant dans un premier temps un montant de 100 000 euros à cette mesure.

Amendement relatif à la création d’une mission de préfiguration pour un centre d’archives LGBT
L’exécutif a repris cet amendement dans sa lettre budgétaire rectificative.

Amendement relatif au financement de l’entretien des nouveaux espaces de végétalisation parisiens
L’exécutif a repris partiellement cet amendement dans sa lettre budgétaire rectificative en allouant un montant supplémentaire de 120 000 euros pour l'entretien des nouveaux espaces de végétalisation.

Amendement budgétaire relatif aux moyens de l’Agence Parisienne du Climat
L’exécutif a repris partiellement cet amendement dans sa lettre budgétaire rectificative en allouant un montant supplémentaire de 100 000 euros à la subvention annuelle de l’Agence Parisienne du Climat.

Amendement au budget dédié à la politique parisienne d’économie circulaire
L’exécutif a repris partiellement cet amendement dans sa lettre budgétaire rectificative en allouant un montant supplémentaire de 200 000 euros à la subvention de fonctionnement à l'économie circulaire.

Amendement budgétaire relatif aux Traverses Charonne - Bièvre - Montsouris – Ney-Flandre (anciennes)
L’amendement a été rejeté.

Les vœux budgétaires :

Vœu relatif au Fonds d’aides aux Jeunes Parisiens – FAJP
Le vœu a été adopté.

Vœu relatif au soutien de la Ville de Paris aux associations
Le vœu a été adopté.

Vœu relatif à la création d’une monnaie complémentaire parisienne
Le vœu a été adopté.

Vœu relatif aux Autorisations d’occupation temporaire accordées par la ville de Paris
Le vœu a été adopté.

Vœu relatif aux cérémonies de vœux organisées par la Mairie de Paris
Le vœu a été adopté.

Vœu relatif à l’évolution du Budget Participatif en 2016
Un vœu de l'exécutif a été adopté en réponse à ce vœu.

Vœu relatif à la formation citoyenne au secourisme
Un vœu de l'exécutif a été adopté en réponse à ce vœu.

Laisser un commentaire