Accueil Conseil de Paris Conseil de décembre 2015 Un budget 2016 de justice sociale et de transformation écologique

Un budget 2016 de justice sociale et de transformation écologique

Intervention de David Belliard relative au budget 2016

 

C'est dans un contexte budgétaire difficile que nos discussions budgétaires interviennent. Les attentats qui ont frappé notre Ville il y a à peine une mois sont encore dans tous les esprits, tandis que les résultats électoraux national et régional, avec une poussée historique de l'extrême droite, montre l'installation durable et massive d'une dangereuse pensée réactionnaire. Même si Paris reste relativement épargnée par cette fièvre, avec un maintien du score électoral des forces progressistes sociales et écologistes, ce contexte ne peut pas – ne doit pas – nous laisser indifférent. Plus que jamais, face aux discours de repli et de défiance, nous devons emprunter les chemins d'une ville apaisée, sécurisée et réhumanisée, une ville garante de la cohésion sociale entre ses quartiers, une ville qui donne des perspectives aux plus jeunes, et notamment les plus modestes, une ville enfin qui donne corps à ses valeurs d'accueil aux migrants. En un mot, c'est à une cité résiliente à laquelle nous aspirons et pour laquelle nous travaillons, en privilégiant l'innovation sociale, les circuits courts, la végétalisation ou encore, par exemple, le développement de l'agriculture urbaine...

Et ce budget, c'est aussi pour nous l'occasion de rappeler les valeurs de notre majorité et la nécessité d'une politique qui ne peut se réduire au « tout sécuritaire ». Certes, la crise économique, sociale et écologique perdure, fragilisant les finances de notre Ville. Tout comme d'ailleurs perdure, et s'amplifie, le désengagement de l'Etat vis-à-vis des collectivités locales. Marqueur d'une poussiéreuse vision centralisatrice, ce « choc budgétaire », que développera mon collègue Jérôme Gleizes dans son intervention, freine les collectivités pour déployer des politiques structurantes pour leur population et leur territoire, alors même qu'elles en sont des acteurs économiques majeurs. Mais malgré ces éléments négatifs, le budget que vous soumettez au vote de notre Conseil, Madame la Maire, présente des marges de manœuvre importantes, qui se traduisent par une épargne brute de 533 millions d'euros, ce qui n'est pas rien. Bien sûr nous savons que cette heureuse situation, sur le plan budgétaire tout du moins, ne se reproduira sans doute pas dans les prochaines années. Toutefois, elles nous permettent de poursuivre la réalisation des priorités de notre majorité tout en conservant des ratios d'endettement et d'autofinancement stables par rapport aux années précédentes.

 

Grâce à l'augmentation des droits de mutation ou l'encaissement des loyers capitalisés, fléchés sur le financement de notre programme de production de logements sociaux, nous continuons un effort d'investissement sans précédent pour notre Ville, notamment dans le domaine de la transition écologique, du développement des transports doux ou encore de la végétalisation. Et ceci sans augmentation de la fiscalité directe pour nos concitoyennes et concitoyens, en droite ligne avec nos engagements de campagne et bien loin du matraquage fiscal que peuvent connaître certaines municipalités, dont nombreuses sont gérées par la droite. L'augmentation des droits de mutation, tout comme d'ailleurs celle relative aux résidences secondaires, qui touchent au final peu de foyers mais constituent avant tout un rééquilibrage des contributions vers ceux qui en ont vraiment les moyens : les propriétaires très aisés et les sociétés immobilières.

Il nous faudra continuer ce rééquilibrage, tout comme il nous faudra continuer le travail d'amélioration de l'efficience de notre Ville. Nous avons déjà eu l'occasion d'exprimer à plusieurs reprises que nous soutenons le travail vers une plus grande efficience qui est menée depuis le début de notre mandat tant que celui-ci ne dégrade ni l'accessibilité ni la qualité des services rendus aux usagers.

Par ailleurs, il est bon de noter que nos dépenses sociales et de solidarités ne faiblissent pas. Elles sont d'ailleurs, de notre point de vue, un volet essentiel d'une politique de cohésion sociale et d'inclusion de celles et ceux qui se retrouvent, ou qui peuvent en avoir le sentiment, à la marge ou déclassés. Nous l'avions développé dans nos propos de l'année précédente, ces deux points que sont justice sociale et transformation écologique de notre ville constituent des piliers d'un budget écologiste et progressiste, tout particulièrement crucial dans le contexte qui est le nôtre et alors même qu'a été signé un accord que nous espérons historique et marquant lors de la COP21 qui s'est conclu samedi dernier, et pour laquelle notre municipalité a été très active.

Toutefois, de nombreux points restent encore à discuter et marquent une nécessité, de notre point de vue, d'aller plus loin. Notre groupe a d'ailleurs déposé un certain nombre de vœux et d'amendements budgétaires, que mes collègues Jérôme Gleizes, Aurélie Solans, Marie Attalah et Anne Souyris, développeront dans leurs interventions respectives. Des efforts supplémentaires peuvent ainsi être envisagés, pour que les fonctionnaires de la Ville de Paris qui utilisent le vélo pour venir à leur travail puissent bénéficier du remboursement d'une indemnité kilométrique, ou encore sur l'économie circulaire ou l'Agence pour le Climat, acteur essentiel dans le travail important que nous menons pour la rénovation énergétique des bâtiments de la Ville, et je suis certain que l'exécutif répondra favorablement à ces demandes dont il partage, je le sais, les priorités.

 

 

Les interventions du débat budgétaire :

Intervention de David Belliard

Intervention de Jérôme Gleizes

Intervention d'Aurélie Solans

Intervention de Marie Atallah

Les amendements budgétaires :

Amendement budgétaire relatif à l’instauration d’une indemnité kilométrique vélo pour les salariés municipaux
L’exécutif a repris cet amendement dans sa lettre budgétaire rectificative en allouant dans un premier temps un montant de 100 000 euros à cette mesure.

Amendement relatif à la création d’une mission de préfiguration pour un centre d’archives LGBT
L’exécutif a repris cet amendement dans sa lettre budgétaire rectificative.

Amendement relatif au financement de l’entretien des nouveaux espaces de végétalisation parisiens
L’exécutif a repris partiellement cet amendement dans sa lettre budgétaire rectificative en allouant un montant supplémentaire de 120 000 euros pour l'entretien des nouveaux espaces de végétalisation.

Amendement budgétaire relatif aux moyens de l’Agence Parisienne du Climat
L’exécutif a repris partiellement cet amendement dans sa lettre budgétaire rectificative en allouant un montant supplémentaire de 100 000 euros à la subvention annuelle de l’Agence Parisienne du Climat.

Amendement au budget dédié à la politique parisienne d’économie circulaire
L’exécutif a repris partiellement cet amendement dans sa lettre budgétaire rectificative en allouant un montant supplémentaire de 200 000 euros à la subvention de fonctionnement à l'économie circulaire.

Amendement budgétaire relatif aux Traverses Charonne - Bièvre - Montsouris – Ney-Flandre (anciennes)
L’amendement a été rejeté.

Les vœux budgétaires :

Vœu relatif au Fonds d’aides aux Jeunes Parisiens – FAJP
Le vœu a été adopté.

Vœu relatif au soutien de la Ville de Paris aux associations
Le vœu a été adopté.

Vœu relatif à la création d’une monnaie complémentaire parisienne
Le vœu a été adopté.

Vœu relatif aux Autorisations d’occupation temporaire accordées par la ville de Paris
Le vœu a été adopté.

Vœu relatif aux cérémonies de vœux organisées par la Mairie de Paris
Le vœu a été adopté.

Vœu relatif à l’évolution du Budget Participatif en 2016
Un vœu de l'exécutif a été adopté en réponse à ce vœu.

Vœu relatif à la formation citoyenne au secourisme
Un vœu de l'exécutif a été adopté en réponse à ce vœu.

Laisser un commentaire