Accueil Conseil de Paris Conseil de décembre 2015 Amendement relatif au financement de l’entretien des nouveaux espaces de végétalisation parisiens

Amendement relatif au financement de l’entretien des nouveaux espaces de végétalisation parisiens

Le groupe des élu-e-s écologistes a souhaité par ce vœu accompagner l'ambition forte portée par la ville dans son programme de mandature en terme d'espaces végétalisés supplémentaires mais aussi la volonté exprimée par les parisiens lors des deux votes au budget participatif. Les élu-e-s du groupe écologiste ont demandé que le budget 2016 de la Ville de Paris tienne compte de ces nouveaux projets de végétalisation. Il est demandé d'une part d'augmenter de 120 000 euros le budget de fonctionnement de la DEVE pour allouer une subvention supplémentaire à des associations menant des projets d’insertion professionnelle pour l’entretien horticole d’espaces verts. Et d'autre que soient créés 20 postes de coordinateurs pour des missions « jardinage » dans les arrondissements, avec un objectif d'animation locale sur la végétalisation de proximité permettant d’accompagner les habitant-e-s dans leurs projets de végétalisation.

L’exécutif a repris partiellement cet amendement dans sa lettre budgétaire rectificative en allouant un montant supplémentaire de 120 000 euros pour l'entretien des nouveaux espaces de végétalisation.

 

 

Amendement relatif au financement de l’entretien des nouveaux espaces de végétalisation parisiens

 

déposé par Joëlle Morel, Aurélie Solans, Anne Souyris et les élu-e-s du Groupe écologiste de Paris (GEP)

 

Considérant l’ambition forte du projet de mandature porté par la gauche et les écologistes pour un Paris plus vert, plus autonome du point de vue de son oxygène et de son alimentation : 30 hectares supplémentaires de jardins ouverts au public, 20 000 nouveaux arbres plantés, 200 projets de végétalisation participative dans le cadre de l’opération « Du vert près de chez moi », le développement des fermes pédagogiques, vergers et potagers dans les écoles, 100 hectares de végétalisation sur les murs et toits, dont un tiers dédié à l’agriculture urbaine…,

Considérant que les parisiennes et les parisiens ont confirmé cette ambition par leur vote pour les projets de végétalisation et d’agriculture urbaine dans le cadre du budget participatif en 2014 et en 2015 : « cultiver dans les écoles », « des jardins sur les murs » en 2014, « cultiver en ville » et « du vert à tous les étages » en 2015,

Considérant l’enjeu d’une appropriation de l’espace public par les parisiennes et les parisiens, notamment du point de vue de la construction du lien social dans les quartiers.

Considérant l’enjeu de la végétalisation pour la Ville dans le développement d’un plan d’adaptation et de lutte contre le dérèglement climatique,

Considérant le succès de l’opération « du vert près de chez moi », et du permis de végétaliser qui permettent aux parisiennes et au parisiens d’être véritablement acteurs de la végétalisation de leur environnement de proximité,

Considérant les efforts importants des services de la Ville pour mettre en place les 209 points de végétalisation de l’opération « du vert près de chez moi » avant fin 2015,

Considérant que ces nouveaux espaces et points de végétalisation nécessiteront un entretien que les agents de la DEVE n’ont en l’état actuel pas les moyens d’assurer, faute de crédits et de personnel,

Considérant qu’un entretien assuré exclusivement par les parisiennes et les parisiens peut être inconstant dans le temps, notamment lors des périodes de vacances scolaires,

Considérant la volonté de la Ville de mettre à la disposition des parisiennes et des parisiens volontaires l’espace disponible pour jardiner au travers du « permis de végétaliser »,

Considérant l’accompagnement nécessaire pour la réussite de ce dispositif : faire connaitre le permis de végétaliser, assurer la coordination avec les différents services de la Ville intervenant dans l’espace public (DEVE, DPE, DVD, DPP…), suivre les projets et s’assurer du bon état général des espaces pris en charge par les habitants, les conseiller, apporter une aide logistique…,

Considérant que l’absence actuelle de volontaires bénévoles pour prendre en charge les nouveaux murs et points de végétalisation ne saurait constituer une raison suffisante pour renoncer à leur implantation,

Considérant que les associations de chantiers d’insertion travaillant actuellement sur le territoire parisiens mènent déjà avec succès des projets d’accompagnements de publics amateurs comme par exemple des salariés d’entreprises, des étudiants étrangers dans le cadre de chantiers internationaux,

 

Aussi, sur proposition de Joëlle Morel, Aurélie Solans, Anne Souyris et des élu-e-s du Groupe écologiste de Paris (GEP), la délibération 2015 DFA 129 - DRH (Budget primitif emploi 2016 pour les services municipaux) est amendée comme suit :

 

 

  • Qu’une mission « jardinage » dotée de moyens adaptés vienne compléter dans la mise en place des comités de végétalisation pour accompagner et faciliter les démarches participatives des projets des habitant-e-s et que soient créés 20 postes de coordinateurs pour ces missions « jardinage » dans les arrondissements , avec un objectif d'animation locale sur la végétalisation de proximité permettant d’accompagner les habitant-e-s dans leur projets de végétalisation.

 

Et la délibération 2015 DFA 33 (Budget primitif de fonctionnement et d’investissement de la ville de Paris pour l’exercice 2016) est amendée comme suit :

 

  • Que l'entretien des espaces verts par des chantiers d'insertion tel qu’il existe actuellement soit maintenu et développé sur d'autres parcelles en octroyant des moyens supplémentaires afin que des personnels des chantiers d’insertion puissent accompagner les jardiniers amateurs parisiens dans leur projet de végétalisation. Par conséquent la somme de 120 000 euros est ajoutée au budget de fonctionnement de la DEVE pour allouer une subvention supplémentaire de fonctionnement à des associations menant des projets d’insertion professionnelle pour l’entretien horticole d’espaces verts.

 

En contrepartie, le chapitre « Dépenses imprévues » est diminué de 120 000 euros.

Laisser un commentaire