Accueil Actualités Communiqués Formules 1 électriques aux Invalides : un désastre écologique 

Formules 1 électriques aux Invalides : un désastre écologique 

Les élu-es du Groupe écologiste de Paris (GEP) sont scandalisé-es de découvrir les rues du quartier des Invalides recouvertes de bitume pour l’organisation du Grand Prix de Formule E du 23 avril. Les effluves de ces travaux sont très toxiques, et d'autant plus néfastes que ceux-ci sont effectués pour un événement lui-même anti-écologique, et pour une durée de quelques jours puisque le revêtement sera ôté au lendemain de l’événement.

Les Formules E sont des voitures électriques dont le bruit aigu est plus élevé que celui des voitures à moteur essence. Le 23 avril, elles dévaleront donc l’avenue de la Tour Maubourg à plus de 220 km/h. Lorsque nous avions appris qu’Anne Hidalgo avait donné son accord à cet événement, en mars 2015, nous l’avions interpellée en Conseil de Paris pour lui faire part de notre colère et notre incompréhension. En réponse, la Maire de Paris avait dit voir dans cette course automobile une démarche écologique de promotion des alternatives aux moteurs thermiques. Pourtant, « le bilan sera lourd pour les Parisiennes et les Parisiens : à l’absurdité environnementale représentée par ce gaspillage, il faut ajouter les risques cancérogènes induits par de telles quantités de dérivés pétroliers toxiques », déplore David Belliard, coprésident du GEP.

Alors que les piétons, les vélos et les transports en commun reprennent peu à peu leur part de l’espace que la voiture avait monopolisée à Paris, cet événement envoie un message à contre-sens : les piétons doivent laisser la place à des voitures qui tournent en rond. « Il y a quelques mois, les maires des grandes villes du monde étaient réuni-es à Paris en marge de la COP 21 pour envoyer un message écologiste aux États », rappelle Anne Souyris, coprésidente du GEP. « Aujourd’hui, quand on voit ce contre-sens écologique, on peut se demander où est passée cette volonté d’exemplarité et de modernité », regrette l’élue du 10e arrondissement.

3 commentaire(s)

  1. Brigitte TRAZZI

    Les traitements des chaussées sont faits avec des produits très toxiques et peu durables, car il faut que cela prennent vite pour ne pas bloquer la circulation. A quand une législation dans ce domaine, pour utiliser des produits durables et non toxiques même s’ils sont plus chers? Qu’en est-il de notre non dépendance aux sous produits du pétrole?

  2. pauge

    Ces dérivés petroliers ne vont etre emis que lors de la pose du revetement. Que penser des quantités de particules emises par les milliers de vehicules diesels chaque jour autrement plus nocives.
    Si l’on suit ce raisonnement il serait preferable de mettre ce quartier en pietonnier chaque dimanche, ce serait plus profitable pour les riverains et les touristes !

  3. jerome

    ils ne pouvaient pas laisser les pavés ? bonjour l image du VE avec cette operation.

Laisser un commentaire