Accueil Conseil de Paris Conseil de juillet 2019 Amendement pour plus de personnels surveillants les Espaces Verts

Amendement pour plus de personnels surveillants les Espaces Verts

déposé par Joëlle Morel, Jacques Boutault, Pascal Julien, David Belliard, Fatoumata Koné
et les élu.e.s du Groupe écologiste de Paris (GEP)

Considérant l’ambition forte du projet de mandature porté par la gauche et les écologistes pour un Paris plus vert, plus autonome du point de vue de son oxygène et de son alimentation : 30 hectares supplémentaires de jardins ouverts au public, 20 000 nouveaux arbres plantés, 200 projets de végétalisation participative dans le cadre de l’opération « Du vert près de chez moi », le développement des fermes pédagogiques, vergers et potagers dans les écoles, 100 hectares de végétalisation sur les murs et toits, dont un tiers dédié à l’agriculture urbaine… ;

Considérant le Plan Biodiversité 2018-2024 voté à l’unanimité au Conseil de Paris au printemps 2018 ;

Considérant que les espaces verts sont des lieux de respiration essentiels pour le bien-vivre des riverain.e.s ;

Considérant que les espaces verts parisiens font partie du patrimoine culturel de la ville et que ces derniers sont également fréquentés par les touristes et les promeneurs devenant ainsi une vitrine de la ville ;

Considérant que les deux bois de la Ville totalisent à eux deux 1800 hectares offerts à la promenade et à la détente des Parisien.ne.s ;

Considérant que la Ville de Paris administre 20 cimetières (14 intra-muros et 6 extra-muros) ;

Considérant que l’on recense 500 parcs, jardins et squares dans la capitale ;

Considérant que ce sont les agent.e.s de la Ville qui sont en partie garant.e.s de la tranquillité des espaces verts et que leur présence bienveillante est nécessaire au bien-être de tou.te.s ;

Considérant que les espaces verts doivent nécessairement être des endroits de calme et de convivialité afin que celles et ceux s’y rendant mais également vivants aux abords de ces lieux puissent s’épanouir et trouver la tranquillité ;

Considérant que les horaires d'accueil au public des espaces verts sont élargis durant la saison estivale ;

Considérant que certains espaces verts de la capitale sont ouverts 24h/24h ;

Considérant les réflexions actuelles de prolongation des horaires d’ouverture des espaces verts (ex. ouverture matinale) ;

Considérant que pour permettre cet accueil du public, la Ville a recours à des société privée de surveillance ;

Considérant que le dérèglement climatique entraîne des périodes de fortes chaleurs de plus en plus précoces et répétées (ex. canicule de juin 2019, septembre 2018 a été bien plus chaud que la “normale”) qui nécessitent une ouverture plus massive et plus prolongée des espaces verts en soirée et la nuit ;

Considérant que ces hausses des températures modifient les demandes des Parisien.ne.s qui souhaitent se rendre plus tard dans les parcs et jardins durant l’arrière-saison ;

Considérant que des expérimentations de jardins sans grille peuvent entraîner des nuisances pour les riverain.e.s comme cela est le cas dans le nouveau jardin Truillot (11ème) ouvert depuis juillet 2018 ;

Considérant que les nouveaux règlements des parcs, jardins et bois sont bien plus permissifs que les précédents (autorisation de circuler des vélos, présence des chiens, etc.) ;

Considérant le projet de réécriture du règlement des cimetières laissent présager l’autorisation de nouveaux usages (ex. pique-nique) ;

Considérant que la privatisation croissante des actes funéraires ne justifie pas la diminution de présence d’Agent.e.s d'Accueil et de Sécurité (AAS) dans les cimetières parisiens ;

Considérant les alertes répétées des syndicats sur le manque d’effectifs des Agent.e.s d'Accueil et de Surveillance pour assurer présence et surveillance nécessaires dans les espaces verts et notamment dans les cimetières ;

Considérant qu’au Budget 2019, la Ville a renforcé les effectifs d’AAS dédiés à la surveillance des espaces verts et des cimetières ;

Considérant que ces renforts sont nécessaires mais restent insuffisants.

Aussi, sur proposition de Joëlle Morel, Jacques Boutault, Pascal Julien, David Belliard, Fatoumata Koné et les élu.e.s du groupe écologiste de Paris (GEP), la délibération DFA 63 - Budget supplémentaire 2019 - est amendée comme suit :

Création de 10 nouveaux ETP d’Agent.e.s d'Accueil et de Surveillance déployé.e.s dans les bois, parcs et jardins, cimetières (donc répartis entre la DEVE et la DPSP) notamment dans les parcs et jardins ouverts 24h/24 comme le jardin Truillot (11ème).

En contrepartie, le chapitre “dépenses imprévues” est diminué de 290 000 €.

 

Vœu rejeté par l’exécutif 

 

Laisser un commentaire