Accueil Actualités Actualités La police municipale n’est pas gage de sécurité

La police municipale n’est pas gage de sécurité

 

Entre incivilités, agressions sexistes et LGBTphobes, nuisances sonores, trottoirs malpropres et encombrés de trottinettes et de scooters, il nous faut agir. En renforçant la coordination des agent.e.s de la ville déjà assermenté.e.s. Et aussi en apportant une réponse plus équilibrée entre la sanction et la prévention. Agir sur les causes des violences du quotidien, à l'école, dans les rues, dans la prise en charge des usager.e.s de drogue et l'hébergement des personnes migrantes...
Cette vision, qui allie sanction et prévention, n'a pas été entendue. En décidant seule de créer une police municipale, Anne Hidalgo a choisi le tout sécuritaire et tout répressif.
Cette police municipale à venir sera inutile et probablement contre-productive. Elle va coûter chère à la ville qui, pour équilibrer son budget, devra couper dans d’autres dépenses. Quels investissements, quelles dépenses sociales seront diminués pour financer ces nouveaux agent.e.s ? Comment ignorer que partout où des villes se sont dotées d’une police municipale, la police nationale s’est raréfiée ? En réalité, cette réforme n’aboutira pas à un renforcement des forces de l’ordre mais à une substitution progressive de la police nationale par une police municipale. C’est d’ailleurs ce qu’espère pouvoir faire le gouvernement partout en France, notamment pour des raisons budgétaires. A l’État la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme, aux villes tout le reste dont la délinquance. Enfin, plus inquiétant encore, la réglementation qui encadre la police municipale prévoit l’armement létal. La maire de Paris, par cette décision, ouvre donc la voie à plus d’armes dans nos rues avec tous les risques de dérapages que cela comporte.
Une autre voie était possible, celle qui récréée du lien et de la confiance entre les Parisien.ne.s et les agent.e.s de sécurité rendus plus efficaces par une plus claire complémentarité avec la Police nationale, c’est que nous continuerons à défendre !

par David Belliard, président du Groupe écologiste de Paris


➡️Lire l'édition Printemps 2019 du magazine de la ville de Paris 


 

Laisser un commentaire