Accueil Actualités Communiqués Paris étouffe, Ségolène Royal regarde ailleurs

Paris étouffe, Ségolène Royal regarde ailleurs

Depuis le début de la semaine, nous ne pouvons que relever l’inadaptation et l’illisibilité de la réglementation actuelle en matière de mesures d’urgence lors de pics de pollution. Il n’était en effet pas réglementairement  possible jusqu’à ce jour pour la Ville de demander la circulation alternée, malgré une pollution de l’air visible à l’œil nu, vécue et respirée depuis dimanche. Aujourd’hui, alors que les seuils ont été dépassés deux jours consécutivement et que les prévisions d’Airparif sont encore très mauvaises pour demain vendredi, la Ville a enfin été en mesure de le faire. Malheureusement, l’État refuse d’appliquer cette mesure nécessaire, préférant réduire la vitesse de 20 km/h sur les routes franciliennes et obliger les industriels à recourir à des méthodes de production moins polluantes. Ces mesures ne sont pas suffisantes et ne remplacent pas la circulation alternée qui, elle, a déjà prouvé son efficacité.

La réglementation doit être réformée, comme le demandent les écologistes depuis longtemps, pour revoir la définition du caractère persistant intégrer des critères sur la concentration en PM 2.5 et même PM 1, baisser les seuils d’information et d’alerte. Surtout, la mise en place de la circulation alternée doit être rendue automatique dès le déclenchement de la procédure d’alerte.

La ministre de l’environnement a par ailleurs choisi ce moment pour créer la polémique en invitant la ville de Paris à agir « de façon beaucoup plus déterminée parce qu’il y a beaucoup d’annonces et on ne voit pas beaucoup de changement ». La ministre fait mine d’ignorer que la Ville de Paris a adopté en février un plan anti-pollution envisageant des mesures inédites en France telles que des limitations de circulation pour les véhicules les plus polluants à partir du 1er juillet prochain. Par ailleurs, en plein pic de pollution, on aurait attendu d’une Ministre de l’écologie qu’elle soit à la hauteur de la situation en employant tous les leviers à sa disposition pour préserver la santé de toutes et tous. En préférant la polémique à l’action, en ne voulant pas réduire le trafic automobile, Ségolène Royal privilégie le confort des uns à la santé de tous.

La Ville, depuis mardi, met en œuvre tout ce qui est de son ressort : gratuité du stationnement résidentiel, 1h d’Autolib’ gratuite pour les abonnés un jour et l’abonnement à la journée à Vélib’ qui permet d’utiliser le service gratuitement pour une durée de 30 minutes par trajet. Mais nous le savons, cela ne suffit pas pour faire baisser les niveaux élevés de concentration aux particules PM10 enregistrés ces derniers jours. Il nous faut aujourd’hui des mesures fortes que sont la mise en place de la circulation alternée et le contournement de l’Ile-de-France par les poids-lourds de transit, qui sont du seul ressort de l’État.

Laisser un commentaire