Accueil Actualités Actualités Actualité des adjoint-e-s Les missions de Bernard Jomier

Les missions de Bernard Jomier

Feuille de route de Bernard Jomier, Adjoint à la Maire Chargé de la santé, du handicap et des relations avec l’AP-HP.

 

Vous avez travaillé, avec vos équipes et la Direction de l'action sociale, de l'enfance et de la santé, à une feuille de route qui décline précisément les propositions de mesures et actions en matière de santé et de prise en charge du handicap, permettant de concrétiser les engagements que nous avons pris envers les Parisiens dans mon programme "Paris qui ose".

La santé et le handicap nécessitent un environnement favorable large. C’est pourquoi je souhaite que vos projets ne se limitent pas à des dispositifs spécifiques et sectoriels. Vous devrez mobiliser tous les acteurs de notre collectivité, ses partenaires, au premier rang desquels l’AP-HP et l’ARS, renforcer et optimiser les dispositifs existants et transversaux afin d’améliorer leur articulation, les parcours et le service rendu aux Parisiens.

J’entends m’impliquer personnellement et directement dans la gouvernance de l’AP-HP, et vous serez dans cette démarche à mes côtés, pour des relations plus étroites et plus construites entre notre collectivité et « son » CHU, en impliquant étroitement vos collègues, et notamment JL Missika sur les questions foncières. Un partenariat global entre la Ville et l’AP-HP devra être conclu. Dans le même esprit, notre collectivité doit renforcer ses liens et ses objectifs communs avec l’ARS. Vous lui proposerez d’œuvrer à la mise en place d’une convention cadre, en associant vos collègues concernés par l’offre d’établissements et de services dans le champ médico-social, notamment celui des personnes âgées.

Attentif à l’ensemble des structures et partenaires, vous veillerez à nos collaborations avec les structures associatives, mais aussi à l’implication des citoyens et de la société civile : j’étudierai avec intérêt vos propositions et je souhaite accentuer les séquences de concertation et de dialogue avec les Parisiens et les parties prenantes (conseils locaux de santé, CLSM, consultations sur des projets spécifiques).  Les 1ères Assises parisiennes de la santé que j’ai proposées dans Osez Paris devront être organisées au plus tard à mi-mandat.

C’est avec la même logique partenariale, que je souhaite voir mener nos actions de coopération internationale en santé, en lien avec l’adjoint chargé des relations internationales, qui s’articuleront autour de trois axes : l’accompagnement de projets d’offre de soins primaires (centres de santé, stratégies municipales), le soutien à la santé de la mère et de l’enfant et la lutte contre le VIH et les IST.

Concernant l’offre de soin, tous les Parisiens doivent pouvoir accéder à des soins de qualité. Des premiers travaux de cartographie et de recensement des structures de premier recours (centres et maisons de santé, maisons médicales de garde, services d’urgences) devront être menés sans délai afin de disposer d’une vision exhaustive et actualisée des dispositifs, de leur répartition sur le territoire parisien et de leur accessibilité en termes d’horaires. Il s’agit de connaître avec précision l’offre et les besoins, pour déployer ces derniers en conséquence. L’extension des horaires d’ouverture des centres de santé, que je souhaite voir mise en œuvre dès cette année, constituera une première étape, comme je m’y suis engagée devant les Parisiens.

Il conviendra ensuite, au regard du diagnostic précité, d’aller au-delà et de développer l’offre. En lien avec l’AP-HP, les centres de santé pourront également être le lieu de consultations hospitalières avancées afin de garantir un accès facilité aux consultations spécialisées. En parallèle sera mis en place dès l’été 2014, un groupe de travail en lien avec l’ARS, la CPAM et les acteurs concernés (élu-e-s d’arrondissements, représentant-e-s de professionnels et d’usagers) pour proposer des pistes de développement et préparer le futur contrat local de santé dont un volet sera consacré au dispositif à mettre en œuvre pour résoudre la situation des zones déficitaires en offre de soins de secteur 1.

À l’issue de ces travaux, vous me ferez une proposition de dispositif d’aide à l’installation de médecins généralistes en secteur 1. Ce dispositif devra être complété par un plan d’implantation de nouvelles structures. Je souhaite que chaque Parisien puisse avoir accès à une prise en charge d’urgence, avec des délais d’attente qui doivent réduire. Je nous ai fixé l’objectif d’une réduction par deux d’ici à la fin de cette mandature. Il convient donc, comme vous le proposez, de travailler sans délai avec l’ensemble des acteurs sur l’indicateur de recours aux urgences, et d’engager dès à présent un plan de développement des structures de 1er recours et des dispositifs d’accès. Ce travail sera évidemment coordonné avec l’AP-HP, en lien avec son futur plan stratégique 2015-2020. Je souhaite pouvoir suivre dans le temps la réalisation de cet objectif.

Afin que les droits d’accès à la santé soient garantis pour tous, vous veillerez à faciliter l’ouverture des droits de santé en renforçant l’articulation avec le social et le médico-social et à généraliser le conventionnement avec les mutuelles dans les structures municipales.

S’agissant de l’accompagnement de la naissance et la place de la PMI, de la prise en charge de la grossesse et du jeune enfant à Paris, l’élaboration, par un groupe de travail dédié comme vous le proposez, d’un « parcours naissance » me paraît adaptée à l’objectif de mieux accompagner cette période et de prévenir les risques de ruptures entre dispositifs. Pour renforcer l’accompagnement des familles, et plus particulièrement celles qui en ont le plus besoin, une plateforme d’information et des « états généraux de la PMI » seront programmés. Je souhaite enfin que la Ville poursuive son soutien en matière de planning familial, de contraception et d’IVG.

Pour mobiliser l’ensemble des acteurs et répondre à la préoccupation des Parisiens quant à la pollution, un diagnostic partagé sera initié avec l’organisation d’une conférence citoyenne sur la pollution de l’air, point de départ du plan parisien de santé environnementale. Le calendrier et les voies et moyens à déployer pour des améliorations que je souhaite tangibles devront être examinés en lien avec mon Cabinet, avec vos collègues concernés et les services, car ce plan devra couvrir un vaste champ : inclusion d’études d’impact en santé pour les projets structurants et d’infrastructures portés par la ville, exclusion progressive des cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction de toutes les activités de la ville. Il me paraît dans cette perspective indispensable que soient d’emblée prévues des étapes précises pour mesurer les résultats obtenus, et les restituer aux Parisiens au terme de la mandature, dans un format que nous définirons le moment venu.

Parmi les autres déterminants de santé, la nutrition et l’activité physique seront des priorités. Le programme Paris Santé Nutrition sera notamment renforcé et pérennisé et des actions d’éducation pour la santé pourront être lancées dans les écoles dans le cadre des activités périscolaires, comme vous le proposez.

Enfin, la Ville de Paris  confortera sa politique de prévention des conduites à risques et ses actions en direction des jeunes. Elle mettra en œuvre le projet de salle de consommation à moindres risques dès que les dispositions législatives auront été prises.

Aller vers une égalité réelle pour les personnes en situation de handicap est une des priorités de cette mandature. Je veux aller plus loin que la logique de compensation et de réponses sociales spécifiques, en portant un effort considérable pour favoriser l’accessibilité du cadre bâti, de la voierie et des transports. Je souhaite aussi qu’un effort soit mené pour répondre aux besoins des personnes souffrant de troubles psychiques. Une étude sur les dispositifs mis en place à l’attention des publics en grande précarité sera lancée dès 2014.

Dans un contexte et un échéancier national tendu, mais aussi un contexte budgétaire contraint, je souhaite que Paris pilote dès 2015 un Agenda d’Accessibilité Programmé et adopte un échelonnement ambitieux de mise en accessibilité des établissements recevant du public. Les conseils locaux du handicap et la commission communale d’accessibilité seront mobilisés dès juin 2014 pour définir en partenariat les modalités de ce plan d’action. Pour aller plus loin, je vous demande de me faire des propositions pour l’établissement d’un agenda 22 : chaque nouveau projet structurant de politique publique de la Ville devra intégrer un volet handicap comprenant une analyse des besoins des personnes en situation de handicap et vérifier l’accessibilité universelle du programme. Pour mobiliser l’ensemble des acteurs, vous rencontrerez également dans les mois qui viennent les partenaires locaux afin de préparer de façon concertée en 2015 un séminaire « Accessibilité universelle » à l’occasion des 10 ans de la loi de 2005.

L’accessibilité passe également par la sensibilisation du personnel à la compréhension des situations de handicap. Comme vous le proposez, je vous invite à lancer un plan de formation auprès des encadrants et des agents au contact du public parisien. Je vous demande également d’étudier la possibilité de développer un réseau d’ambassadeurs et d’ambassadrices du service civique accompagnant dans certains équipements municipaux les personnes en situation de handicap et en sensibilisant le reste du public.

Afin de favoriser l’autonomie de toutes et tous dans les déplacements, vous devrez poursuivre avec votre collègue chargé de la voierie, Christophe Najdovski, la réalisation du plan de mise en accessibilité de la voirie et des espaces publics (PAVE) pour la période 2012-2020. En parallèle, vous vous assurerez que la Ville et ses partenaires poursuivent la mise en place d’une offre plurielle et complémentaire de transports publics et privés adaptés et conduisent notamment une harmonisation des conditions d’utilisation des véhicules du réseau francilien PAM.

S’agissant de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), dont l’identification comme centre de ressources par toutes les personnes en situation de handicap doit être améliorée, je vous fixe comme priorité absolue l’amélioration des délais de traitement des dossiers pour garantir une ouverture des droits et des orientations au plus près des projets de vie de chacun à travers tous les âges, et la réduction des situations dites sans solution. Vous serez également très attentifs aux sujets de financement et d’organisation de cette structure.

Afin de permettre à chaque personne en situation de handicap de choisir son projet de vie, il est nécessaire,  de poursuivre notre effort et j’étudierai votre proposition de création d’une offre adaptée à travers tous les âges. Dès la petite enfance, de nouvelles crèches exemplaires doivent ouvrir, pour assurer une offre équilibrée sur le territoire parisien. Avec le soutien ou en complément des réponses mises en œuvre par le rectorat, je souhaite que les établissements scolaires poursuivent leur mise en accessibilité. Afin d’apporter une réponse adaptée à des cas nécessitant un accompagnement particulier, j’appuie votre proposition d’envisager la création de deux unités d’enseignement pour jeunes autistes à la rentrée 2014 et 2015, en tenant compte de ce que sont les compétences respectives de l’Etat et de notre collectivité en la matière.

Je vous rejoins sur l’impératif de favoriser l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap, et je vous invite à porter tous les projets qui y contribueront. Vous pourrez vous appuyer sur le « club des entreprises citoyennes » avec Pauline Véron, chargée de l’emploi. Si la situation de la collectivité parisienne « employeur » est exemplaire, avec un taux supérieur à 7% de travailleurs disposant d’une Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé, je souhaite qu’elle soit encore améliorée, notamment s’agissant de l’accompagnement des agents dans leur projet d’évolution de carrière et/ou de reconversion, en lien avec votre collègue chargé des Ressources Humaines, Emmanuel Grégoire.

L’accès au logement des personnes en situation de handicap sera une autre de vos priorités, en lien avec Ian Brossat. Je souhaite que la part des logements sociaux accessibles sur le territoire parisien puisse atteindre 40% et que le nombre des places d’accueil soit augmenté de 500 d’ici 2020.

Dans le cadre de votre action en faveur de la santé des Parisiens et de nos concitoyens en situation de handicap, vous pourrez compter sur le concours de mon cabinet qui sera associé à toutes vos décisions. Je souhaite que vous portiez, avec lui et en lien avec l’administration parisienne, une attention toute particulière à la soutenabilité financière des mesures que nous mettrons en place, et à l’élaboration d’indicateurs de suivi qui permettent leur évaluation.

Anne HIDALGO

Laisser un commentaire