Accueil Actualités Actualités Freefloating : des rues apaisées, c’est possible !

Freefloating : des rues apaisées, c’est possible !

 

Avec l’objectif de doubler les pistes cyclables d’ici 2020 et de transformer le périphérique en boulevard urbain cyclable à horizon 2030, nous sommes fortement engagé·e·s pour faire de Paris la capitale du vélo ! Et nous avions du retard. En 2014, seuls 5 % du trafic à l'intérieur de Paris se faisait à vélo. Pourtant, quand c'est possible, rien de mieux, pour la santé comme pour le climat, que d'user de ses pieds ou de son vélo pour se déplacer.

Pour développer ces mobilités douces et actives, nous avons besoin d'apaiser nos rues et nos trottoirs. En diminuant la place de la voiture, mais aussi en régulant les trottinettes et vélos en libre service – le freefloating – arrivés dans nos rues en masse depuis un an. Débarqués sans aucune concertation, ils ont semé l'anarchie dans nos rues : trottinettes couchées en travers des trottoirs, épaves de vélo abandonnées n’importe où, sans compter les utilisateurs indélicats, qui roulent sur les trottoirs, mettant les
piétons en danger.

À notre demande, la ville a mis en place une charte de bonne conduite et une redevance financière pour ces entreprises. Mais il reste encore beaucoup à faire. Des zones dédiées vont être mises en place pour délimiter les endroits où les véhicules en freefloating pourront stationner ; zones que la police et les agent·e·s de sécurité de la ville devront impérativement faire respecter pour garantir les déplacements de toutes et de tous, et notamment des personnes en situation de handicap ainsi que des nourrissons en poussette, qui aujourd’hui sont trop souvent empêché·e·s!

Pour la suite, il faudra aller plus loin en imposant une gestion plus écologique et sociale aux freefloateurs, qui utilisent pour une bouchée de pain des travailleurs sans protection sociale, et qui abandonnent à la charge de la Ville véhicules abîmés et épaves, à l’exemple des trottinettes « jetables » dont la durée de vie ne dépasse pas un mois. Un gâchis incroyable qui pèse sur les finances parisiennes !



David Belliard,
président du groupe écologiste de Paris 

 


Publié dans l'édition été 2019 - A Paris, le magazine  


Laisser un commentaire