Accueil Conseil de Paris Conseil de décembre 2019 Rapport du Conseil des Générations Futures

Rapport du Conseil des Générations Futures

Avant tout, je souhaite, au nom de mon groupe, remercier tous les membres du Conseil des Générations Futures pour leur engagement bénévole pour contribuer à faire de Paris une ville plus en phase avec son temps via par exemple la réflexion menée en 2016-2017 sur l’économie du partage ;  plus inclusive aussi et solidaire grâce aux préconisations portées par la commission vivre-ensemble. Je remercie les représentantes et représentants de ce conseil qui sont venus aujourd’hui nous présenter le rapport d’activité de leur instance pour l’année 2017-2018. Et nous remercions également Pauline Véron pour avoir permis au Conseil des Générations Futures de venir à la tribune aujourd’hui.   

En se penchant en profondeur sur le sujet, on ne peut que constater la qualité et le sérieux des propositions qui sont faites par le conseil des générations futures suite à de vraies recherches et rencontres d’acteurs importants sur les thématiques concernées. Il est essentiel pour nous élus, de s’inspirer et de confronter nos propres visions de l’action publique avec des personnes issues de la société civile. 

En février 2018, lors de la présentation du rapport de la commission “économie collaborative”, nous avions souligné qu’il était souhaitable que les travaux du Conseil des Générations Futures intègre une dimension sociale et sociétale plus importante. On voit que ces remarques ont été prises en compte dans le rapport “jeunesse” de l’an dernier ainsi que dans celui de cette année sur le “vivre ensemble”. 

Certaines idées portées dans le rapport de la commission vivre-ensemble font mouche chez les écologistes, si je puis me permettre car se rapprochant avec les idées que nous mêmes portant et tentant de mettre en place à Paris et partout ailleurs/ Vous écrivez que l’écoute, la pédagogie, la médiation et l’interactivité sont au coeur du vivre-ensemble”. C’est bien ce que nous pensons en défendant depuis 4 ans maintenant de la présence bienveillante des agents de la ville dans tous les lieux publics pour refaire du “commun”, dans les parcs et jardins par exemple. Votre commission vivre-ensemble s’est attardé sur 2 axes de travail. Le premier est l’intergénérationnel et vous préconisez notamment de développer l’entraide entre parisien en les incitant à la mise en place d’un accompagnement dans leurs déplacements du quotidien, ce que vous appelez du “co-marcharge”, en vue, notamment de sortir de l’isolement. Cette idée a pris corps dans “Paris en Compagnie” porté par notre adjointe en charge des seniors, Galla Bridier. 

Sur le volet handicap, vous préconisez de mettre l’art - art urbain pour être précis - au service de l’inclusion des personnes en situation de handicaps, c’est un axe malheureusement trop peu pensé et nous gardons cette idée pour le futur. Vous préconisez également de rendre le quotidien dans la ville plus accessible pour les personnes handicapées, notamment en ce qui concerne les loisirs ou le sport. Les écologistes ont portés des voeux et des amendements qui visaient, par exemple à rendre le grand parcours sportif Nation-Stalingrad, accessible à toutes et tous. 

Que ce soit sur les sujets de l’économie collaborative, la jeunesse ou encore le vivre-ensemble, vous fournissez beaucoup d’idées inspirantes. Cependant, comme le disait, Monsieur Doutreligne en 2018 “le Conseil des Générations Futures ne sera pleinement opérationnel que lorsqu’il sera connu”. Et le manque de notoriété du Conseil des Générations Futures, ce qui est aussi le cas pour le Conseil Citoyen ou le CPJ est une réelle problématique. Les élus mais aussi les parisiens devraient avoir plus de contacts avec ces instances afin que nous travaillons en amont à l’élaboration de propositions de politiques publiques. 

En termes de démocratie participative à l’échelon “ville”, des cadres ont été posés pendant notre mandature, les instances existent mais elles sont encore malheureusement trop déconnectées de nos cycles de débats. Il est peut-être maintenant tant de rouvrir le dossier pour plus d’efficacité. 

Laisser un commentaire