Accueil Conseil de Paris Conseil de novembre 2019 Vœu relatif à la cartographie des arbres plantés et supprimés et des espaces verts créés et supprimés pendant la mandature

Vœu relatif à la cartographie des arbres plantés et supprimés et des espaces verts créés et supprimés pendant la mandature

déposé par David Belliard, Joëlle Morel, Pascal Julien, Fatoumata Koné,
et des élu.e.s du Groupe écologiste de Paris (GEP)

 

Considérant les plans climat, pluie, biodiversité votés en Conseil de Paris au cours de la mandature actuelle ; 

Vu le voeu V.238 relatif au “sacre de Paris comme championne mondiale de l'environnement" adopté en Conseil de Paris de juin 2019 suite à un voeu du groupe écologiste ;

Considérant le voeu déposé par les élu.e.s du groupe écologiste de Paris en juin 2019 renommé dans l’Outil de Dématérialisation de la Séance “voeu relatif à une cartographie des arbres plantés et des espaces verts créés pendant la mandature” alors que le titre initial est bien “Vœu relatif au “sacre de Paris comme championne mondiale de l'environnement” ;

Considérant le communiqué de presse de la ville en date du lundi 13 mai 2019 intitulé “Paris sacrée championne mondiale de la protection de l’environnement” ;

Considérant les chiffres avancés au grand public et à la presse, sans exemple et sans détail tels que :  - 30 hectares d’espaces verts supplémentaires créés, - 16 000 arbres plantés en “seulement” cinq ans, - 15 hectares intramuros alloués à des projets agricoles sans pesticides ;

Considérant les demandes vaines et répétées faites aux cabinets concernés de fournir davantage de détails et de précisions sur les chiffres avancés ;

Considérant que les projets urbanistiques portés par l'exécutif parisien encouragent encore insuffisamment la préservation ou le retour à la pleine terre et l’ouverture ou la préservation d’espaces verts ouverts à toutes et tous, comme le montre la programmation prévue sur les gros projets urbains comme la ZAC Bercy-Charenton (12ème), Paris Nord Est (18ème), la Tour Triangle (15ème) ou sur de nombreuses parcelles plus petites, telles que l’impasse Boutron (10ème), le 77 avenue du Docteur Netter (12ème), la rue Etex (18ème), Courcelles (17ème), Pitet-Curnonsky (17ème), etc. ;

Considérant les projets portés par l’exécutif parisien puis abandonnés qui favorisent eux la préservation ou la création d’espaces verts et/ou désimperméabilisés comme cela a été le cas concernant les projets prévus sur les sites Villemain (10ème), Bois Dormoy (18ème),  ou sur les TEP Championnet (18ème) ou, très récemment, de Ménilmontant (11ème) ; 

Considérant que les services de la Ville de Paris fournissent ponctuellement des bilans partiels qui ne rendent pas compte d’une situation exhaustive du gain ou de la perte de la végétalisation. Par exemple, le bilan du recensement de la végétalisation des projets instruits par la DEVE entre 2016 et 2018 fait état d’un accroissement de la « Pleine terre végétalisée » en omettant de dire qu’il ne s’agit pas seulement de pleine terre mais recense également les équivalences qui sur-valorisent les terrasses végétalisées. En examinant le document mentionné, on observe notamment que si la « pleine terre végétalisée » a augmenté de 0.2 ha, la « vraie  pleine terre » a diminué de 1.1 ha ; 

Considérant que les documents fournis par les services de la ville ne mentionnent pas la bande des 15m des projets portés dans les permis de construire (“bande Z”, neutralisée pour les calculs d’espaces libres et végétalisés), de même pour les CINASPIC, menant à une invisibilisation de la perte réelle de la pleine terre (végétalisée ou non) ; 

Considérant les engagements de l’exécutif à présenter en 3ème commission du Conseil de Paris de septembre 2019 :  

  • Une cartographie précise des arbres plantés depuis 2014 ainsi que leur nature (ex. essence, âge) ; 
  • Une cartographie précise des espaces verts supplémentaires créés en cinq ans ainsi que leur nature ; 
  • Une cartographie précise des 15 hectares intramuros alloués à des projets agricoles sans pesticides ainsi que leur nature (ex. permaculture en pleine ou culture en serre);
  • Une cartographie et le nombre exact ainsi que la nature des arbres et des espaces verts supprimés pendant la mandature ;
  • Un bilan des espaces de pleine terre perdus dans les projets d’aménagement ou de réaménagement portés pendant cinq ans et qui, pour la plupart, verront le jour après mars 2020 ;

Considérant l’engagement oral de l’adjointe à la Maire de Paris en charge notamment de la biodiversité de présenter effectivement cette cartographie pour le Conseil de Paris de septembre 2019 mais que cette présentation n’a pas eu lieu.

 

Aussi, sur proposition de David Belliard, Joëlle Morel, Pascal Julien, Fatoumata Koné et des élu.e.s du Groupe écologiste de Paris (GEP), le Conseil de Paris émet le vœu que soit honoré le voeu de juin 2019 et donc, que soit présentés aux élu.e.s du Conseil de Paris en 3ème commission du Conseil de Paris de décembre 2019 : 

 

  • Une cartographie précise des arbres plantés depuis 2014 ainsi que leur nature (ex. essence, âge) ; 
  • Une cartographie précise des espaces verts supplémentaires créés en cinq ans ainsi que leur nature (pleine terre, pleine terre végétalisée, bacs, etc.) ;
  • Une cartographie précise des 15 hectares intramuros alloués à des projets agricoles sans pesticides ainsi que leur nature (ex. permaculture en pleine ou culture en serre, etc.);
  • Une cartographie et le nombre exact ainsi que la nature des arbres et des espaces verts supprimés pendant la mandature à Paris ;
  • Un bilan des espaces de pleine terre perdus dans les projets d’aménagement ou de réaménagement portés pendant cinq ans et qui, pour la plupart, verront le jour après mars 2020.

 

 

 


Le voeu a été rejeté


 

 

Laisser un commentaire