Vœu pour une pêche sans hameçon à ardillon
Partager

déposé par David Belliard, Jacques Boutault,
et les élu.e.s du groupe écologiste de Paris

 

 

Considérant que l’arrêté préfectoral n° 2010-555 interdit de consommer et de commercialiser les poissons pêchés dans la Seine et l’Ourcq pour des raisons de santé publique ;

 

Considérant que les associations de pêcheurs sont des acteurs de surveillance des eaux et des bassins ;

 

Considérant que de nombreux pêcheurs déclarent relâcher les poissons après les avoir pêchés ;

 

Considérant que les hameçons à ardillon, utilisés pour éviter que les poissons ne s’échappent, provoquent d’importants dégâts anatomiques lors de leur retrait ;

 

Considérant que les hameçons, en particulier ceux munis d’une pointe (ardillon), sont la source de lésions et de souffrances qui ne permettent pas, dans la grande majorité des cas, aux poissons de survivre ;

 

Considérant la tribune signée par 10 associations de protection animale et publiée par Sciences et Avenir ;

 

Considérant qu’il est établi que les poissons souffrent, selon diverses études scientifiques menées par différent.e.s chercheur.se.s (Victoria BRAITHWAITE, Donald M. BROOM, Culum BROWN, Lynne U. SNEDDON) ;

 

 

Sur proposition de David Belliard, Jacques Boutault et les élu.e.s du groupe écologiste de Paris (GEP), le Conseil de Paris émet le vœu que :

  • Une étude soit réalisée sur l’état de la pêche à Paris – nombre de pêcheurs, de licenciés, usage du matériel, impacts sur la faune et la flore – d’ici la fin 2018 ;
  • La Maire de Paris engage un dialogue et une sensibilisation des pêcheurs sur les effet de la pêche avec ardillons sur les poissons avec pour objectif que soit rendu obligatoire la pêche sans hameçon avec ardillon et avec des appâts non-vivants d’ici la fin de l’année 2019 sur le territoire parisien.

Le vœu a été rejeté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.